Vivez comme moi, ou vivez cachés ! Manifeste pour une République aux oreilles dégagées

dimanche 13 octobre 2013, par François Héran

Thèmes : multiculturalisme

Version imprimable fontsizeup fontsizedown

Une version brève de cet article a été publiée dans Libération, 8 octobre 2013. Cette version plus longue est publiée avec l’aimable autorisation de son auteur.

La République laïque avance à grands pas, et rien ne pourra l’arrêter ! Après « la République à visage découvert », il est urgent de passer à l’étape suivante : « la République aux oreilles dégagées ». Comment tolérer que des étudiantes dissimulent des écouteurs sous les foulards et les voiles en période d’examen ? Foin de règlements intérieurs, il nous faut une nouvelle loi pour protéger l’Université et défendre la République.

La méthode est bien éprouvée. Commander un rapport à un haut conseil savamment composé. Changer l’ordre de grandeur du phénomène en procédant à des auditions dont personne ne comprenne le mode de sélection. Débattre à longueur de colonnes sur l’égalité des sexes et le péril que fait courir l’islam à la République. Mais surtout : produire en fin de course un texte de loi qui s’abstienne de faire la moindre allusion à ces grands principes, faute de base juridique. Car nous savons bien, hélas, que certaines femmes portent le voile par choix et qu’il serait du plus mauvais effet que la France soit renvoyée devant la Cour européenne des droits de l’homme pour atteinte à la liberté religieuse. Place, par conséquent, aux impératifs de « sécurité », aux règles du « vivre-ensemble » et autre principe de convivialité forgé pour la circonstance mais qui dise — en termes voilés, bien sûr — ce que chacun comprend : vivez comme moi ou vivez cachés !

Car la République a ses propres voiles, qu’elle doit hautement revendiquer. Limiter les libertés religieuses sans jamais parler de religion, défendre le droit des femmes sans s’y référer dans les textes, lutter contre les discriminations raciales sans les nommer, c’est tout un art du voilage qu’il faut désormais maîtriser si nous voulons promouvoir ce nouveau droit auquel nous aspirons tous : le droit de ne plus être offusqué par des différences trop apparentes, à commencer par la différence religieuse.

Fort heureusement, une solution simple s’offre à nous : reprendre à notre compte la stratégie islamiste elle-même. Républicain ou islamiste, le combat de l’intégrisme est partout le même : ne tolérer aucune différence perceptible. L’islam intégriste ne demande pas aux hommes de maîtriser leur libido ; c’est aux femmes de supprimer la tentation en réduisant au strict minimum la surface de peau susceptible d’exciter le désir. Magnifique modèle pour la République ! Tout signe visible de religiosité est une séduction insupportable pour les enfants de France, une manifestation irrésistible de prosélytisme, au même titre que les attraits féminins. Au lieu d’exercer les enfants et les adultes à survivre dans la diversité des apparences et des appartenances, faisons tout pour dérober à leur vue le spectacle tentateur des signes religieux, en commençant par l’école ! Ne misons surtout pas sur la capacité des enfants à résister au prosélytisme, car nous le savons bien : nos chères têtes blondes ne peuvent laisser entrer le moindre signe religieux dans leur champ de vision sans succomber aussitôt à ses appâts. Il faut leur cheviller au cœur la haine de la « diversité », cette invention diabolique des multinationales qui ne cherchent qu’à échapper à la dure loi du principe d’égalité. Ils apprendront assez tôt qu’il existe en ce monde un large éventail de convictions religieuses ou non religieuses. Attendez pour les affranchir qu’ils aient quitté les bancs de l’Université. Leurs cerveaux sont encore trop malléables auparavant pour résister aux tentations.

Quelques conseils pratiques. Surveillez la présence du religieux sur Internet — cet espace public à domicile. Limitez vos voyages à l’étranger : les États-Unis sont à bannir, la Grande-Bretagne est exclue, l’Allemagne peu recommandable, sans parler d’Israël et du monde arabe, à réunir pour une fois dans la même réprobation. De ces pays qui fourmillent de signes religieux ostentatoires et tentateurs, vous risquez de revenir mahométans, judaïsants ou Dieu sait quoi… Le Canada est à proscrire : un pays adepte du multiculturalisme est forcément à feu et à sang. Consultez la liste de pays sûrs que le ministère des Affaires étrangères devrait prochainement mettre en ligne. En fait, l’Hexagone est la seule terre au monde qui incarne l’universalisme républicain. Quel besoin d’aller voir ailleurs ?

Apprenez à vos enfants que la tolérance n’est pas une vertu républicaine : un républicain digne de ce nom ne doit pas s’exercer à la vertu mais éliminer les tentations qui pourraient la mettre à l’épreuve. N’hésitez pas, s’il le faut, à reprendre quelques gouttes de la bonne vieille théorie marxiste de l’aliénation : les femmes voilées n’ont pas choisi leur condition, elles ont intériorisé leur domination, etc. Vous justifierez ainsi le recours à une législation paternaliste, qui n’hésite pas faire le bonheur des populations malgré elles. Vous verrez : on se sent justifié d’exister quand on impose à autrui la bonne parole. Enfin, soyez cohérents. N’oubliez pas que l’occultation des différences intolérables doit s’étendre à tous les signes religieux visibles, y compris ceux du judaïsme : kippa, perruque, couvre-chef suspects et autres accessoires ancestraux. Marine Le Pen, notre modèle à tous en ce domaine, nous montre la voie. Restaurons enfin une vraie, une forte laïcité, pas celle du naïf Aristide Briand, pas même celle du petit père Combes, encore marqué par le petit séminaire, mais la formule intégrale et intégriste dont nous avons besoin pour écraser l’Infâme. Intégristes de toutes origines, unissez-vous ! Et la sacro-sainte République sera sauvée !

par François Héran

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits